Mémoires d’Afrique | Découvrez l’artisant africain authentique et aidez à son développement
Mémoires d’Afrique, art et artisanat africain
Accueil
Qui sommes nous?
La charte
Nos partenaires
Vos avis
Contact

Mamiwatta 0 article

La légende de Mamiwata
Les Africains se sont inspirés des figures de proue sur les navires européens qui étaient sensés apporter l’abondance (objets de troc, perles et pacotilles) pour en faire une déesse bienfaisante, mais l’histoire et les drames qui l’accompagnent l’ont transformé en créature mythique maléfique, mais (comme c’est souvent le cas) super canon !!!!
"Mami Wata, mother water: la mère des eaux, la sirène, la déesse hybride, femme-poisson apparue et vénérée en Afrique au moment de la rencontre entre Blancs colonisateurs et Noirs bientôt colonisés.
Objet d’un culte qui se répand bientôt dans toute l’Afrique occidentale et centrale, elle devient la déesse préférée des "femmes libres" des villes africaines postcoloniales, fait l’objet de rites propitiatoires, de magie noire et de sorcellerie, mais est aussi source d’espérance en une vie meilleure. Symbole de ces femmes libres qui effraient et fascinent...
Mais alors me direz vous , d’où vient l’origine du mot Mamiwata ? Anglo saxone comme sa deuxième consonance ou réellement dans la pure tradition africaine ?
La plupart des pays africains situés sur les côtes occidentales du continent, aux abords des fleuves et même des rivières à l’intérieur du continent et dans sa diaspora américaine, accordent une certaine importance à Mamiwatta, cette déesse mi-poisson mi-humaine réputée dotée de pouvoirs magiques, susceptibles d’entretenir des relations amoureuses avec les hommes terriens.
La figure de Mamiwatta est aussi associée à un mythe, un imaginaire populaire très fécond et très ancien se perdant dans la nuit des temps, sans rien céder de sa place dans les croyances populaires, profanes ou sacrées.
Le lien entre cette divinité de l’eau, bienfaitrice et protectrice et sa consonance anglo-saxonne a vite été fait et considéré solide. Mamy et water renvoyant à mère et à eau, s’accordent en superficie plutôt bien avec l’idée que l’on se fait de Mamiwatta. Une sirène des mers et ou du fleuve !!
Selon le chercheur Basile Goudabla Kligueh qui a passé plus de 20 ans à travailler sur le Vodu, Mamiwatta chez les Adza-Tado,( peuples répartit entre le Togo, le Benin et le Ghana, principalement Evé et Fon), vient de « Ma mi ata » signifiant «je ferme la jambe» ou «ma mi wo ata» qui veut dire «je ferme ta jambe» chez les Evé. D’où Mamiwatta ou Mami Ata.
 En fait l’adepte de Mamiwata ,est soumis à un régime sexuel d’interdit quand il doit recevoir la visite de la sirène qui prend une apparence humaine. Il doit donc «fermer ses jambes», « ma mi ata », sous entendu s’abstenir des plaisirs amoureux sur le plan physique.
Il lui revient aussi de «fermer les jambes» de son partenaire terrestre, «ma mi wo ata» signifie «je ferme tes jambes».


pas de produit répondant à la demande

 

© 2010 - Mémoires d’Afrique - Tous droits réservés - Mentions Légales - Conditions Générales de Vente - Liens

Mémoires d’Afrique Vente d’ objets d’art et d’artisant Africain pour accompagner l’Afrique dans son développement durable.
Création de site internet: Cianeo